GRIAL: la parole alternée

MPIminipourhistorique

Dirigé par Federico Bravo

Le GRIAL, Groupe Interdisciplinaire d’Analyse Littérale coordonné par Federico Bravo, promeut une réflexion interdisciplinaire sur le texte, sans distinction chrono-topographique, et sur les mécanismes de textualisation et de production du sens. Il organise des séminaires de recherche, ouverts aux étudiants, masterants et doctorants, autour des pratiques sémiotiques et des problèmes de l’interprétation. Le centre de recherche regroupe des spécialistes d’horizons disciplinaires différents – linguistique, civilisation, littérature – intéressés par l’analyse du discours et par ses enjeux théoriques, critiques et méthodologiques. Intègrent notamment le GRIAL : Isabelle Bouchiba-Fochesato Frédéric Bravo, Dominique Breton, Raphaël Estève (également Recherches Américanistes), Carla Fernandes (également Recherches Américanistes), Carine Herzig, Marta Lacomba, Nuria Rodríguez Lázaro (également ERPIL), Maylis Santa-Cruz, Ana Stulic pour ce qui est des EC titulaires, auxquels s’ajoutent les doctorants travaillant sous la direction des PR et HDR de la composante.

 

Thématique du contrat en cours :

Depuis 2016, le GRIAL a choisi de travailler sur les « Puissances de l’oubli ». L’oubli comme la mémoire obéit à des fonctionnalités sélectives qui développent leur propre temporalité. Parce qu’elle met en cause non seulement des chronologies diverses mais aussi des plans de conscience différents, la mémoire divise le sujet, qui trouve dans ce dédoublement passager mais radical le fondement paradoxal de son identité singulière. Reviviscence d’un passé réinvesti, la mémoire est le lieu de la conversion incessante de l’absence en re-présentation : plus qu’une appréhension du temps, sa compréhension. Si la mémoire est, selon l’inusable formule de Valéry, l’avenir du passé, c’est parce que, à sa manière, elle institue une forme de panchronie. La mémoire, souligne Bergson, intercale le passé dans le présent, contractant dans une intuition unique des moments multiples de la durée : ce sont les plis du temps où se logent, aux prises avec la pensée chronologique, les diaprures de la pensée